Le chemin des anges vers la lumière, du cycle de la vie.

Les doulas : ces accompagnantes à la naissance

Articles de www.mamanvogue.fr

Les doulas : ces accompagnantes à la naissance

Bien connu outre-manche et particulièrement aux Etats-Unis le métier de Doula reste encore très confidentiel en France. Pourtant ces « femmes qui aident » sont une véritable ressource pour accompagner la grossesse et la naissance. Grâce à leur formation et à leur expérience de maman elles accompagnent les futurs et jeunes parents et les aident à prendre confiance en eux. Focus sur cette profession encore méconnue.

Une doula, c’est quoi ?

Une doula est une accompagnante à la naissance. Elle intervient selon la demande des parents tout au long de la grossesse, lors de l’accouchement ou pendant les premières semaines de vie de l’enfant. Elle soutient les parents au niveau émotionnel, affectif, physique, pratico-pratique et humain.

Une doula n’est pas une sage-femme. Elle n’est pas habilitée à pratiquer des actes médicaux ou thérapeutiques.  Son rôle est d’écouter, de répondre aux questions en présentant toutes les options possibles et de soutenir les parents dans leurs choix quels qu’ils soient. Elle propose un espace d’échange en toute confidentialité et neutralité. Tout au long de son accompagnement elle sera particulièrement attentive à favoriser l’attachement mère-enfant.

Comment se passe l’accompagnement ?

Il s’agit d’abord pour les parents de choisir une doula avec qui ils se sentent en confiance et en sécurité. Une naissance est un événement intime, très intense et qui chamboule tous les repères c’est pourquoi il est nécessaire d’être en phase avec la personne qui va l’accompagner.

L’accompagnement est hyper personnalisé, la doula part du principe que les futures mamans sont les mieux placées pour savoir ce qui leur convient à elles et à leur bébé. Les rencontres s’organisent au fil des mois en fonction des besoins des futurs parents.

Témoignage de Virginie Franqueza-Gagnon, doula « Comme nous rencontrons les futurs parents à leurs domiciles, au fil des entrevues, nous entrons discrètement dans l’intimité du foyer, notre présence s’inscrit dans la continuité et c’est cela qui permet de créer un lien de confiance et de proximité, on apprend à les connaître, à comprendre comment ils fonctionnent ; c’est un avantage qui nous permettra de les aider à trouver leurs nouveaux repères une fois le bébé né. Je suis là pour accueillir sans jugement ni conseil, tous les états d’âme que traversent les futurs parents. Je suis à leur écoute, au fil des mois qui passent, et nous abordons tout type de sujets : les transformations physiques, l’impact de l’arrivée de l’enfant sur la vie de couple, le choix du lieu de naissance, l’envie ou pas d’un accouchement plutôt naturel, l’organisation du retour à la maison… la liste est non exhaustive et dépend des besoins de chaque parent. J’explique aussi que je suis là pour les deux parents, qu’ils peuvent chacun me contacter autant que nécessaire. Et enfin, je précise que n’étant pas professionnelle de santé, l’accompagnement débutera lorsque la future maman aura mis en place son suivi médical auprès d’une sage-femme, d’un médecin généraliste ou d’un gynécologue. »

Qu’est-ce que cet accompagnement va m’apporter ?

Pendant la grossesse puis lors du séjour à la maternité les parents – et la mère en particulier – rencontrent de nombreux interlocuteurs et puis d’un coup au moment du retour à la maison plus personne. En raison des tours de garde et du caractère imprévisible de la grossesse et de la naissance, les interlocuteurs changent fréquemment et le suivi se fait grâce à un livret. La dimension humaine est donc malheureusement peu présente.

Choisir de se faire accompagner par une doula permet de trouver ce lien de confiance, cet interlocuteur stable et unique qui va être présent avant et après la naissance.

Sa présence permettra aux parents de déposer leurs craintes, leurs peurs, leurs angoisses. De poser toutes les questions même les plus intimes. De prendre du recul. De trouver un équilibre tout au long de leur cheminement pour devenir parent. Après la naissance, là où la plupart des parents se retrouvent seuls face à leur bébé, la doula va jouer un rôle particulièrement important d’accompagnement et va permettre aux parents de se faire confiance.

La doula va aussi avoir un rôle de relais. Elle pourra recommander des professionnels aux parents qu’elle accompagne : une sage-femme, un ostéopathe ou une conseillère en lactation par exemple. Avoir la bonne adresse c’est à la fois avoir des perspectives de solution, mais aussi la certitude de rencontrer des personnes bienveillantes. C’est particulièrement important dans cette période « à fleur de peau ».

Enfin, la Doula sera présente pour toute la famille. Elle pourra répondre aux questions du papa qui aura du mal à trouver sa place ou à celles de la grande sœur inquiète par l’arrivée du bébé…

Témoignage de Virginie Franqueza-Gagnon, doula « Lorsque je rencontre une maman ou un couple pour la première fois, mon objectif est de bien faire comprendre la plus-value de mon métier. J’explique que la doula est comme une épice dans un bon petit plat, c’est un supplément qui n’a l’air de rien mais qui fait toute la différence. Lorsque l’on fait appel à une doula, on s’assure d’avoir près de soi, tout au long de sa grossesse mais aussi après la naissance, la même personne ressource, qui sera à nos côtés pour vivre cette étape de vie qu’est l’arrivée d’un enfant. »

La doula est-elle présente lors de l’accouchement ?

Cela dépend de l’envie et du projet des parents. Si elle est présente elle se fera soutenante et discrète. Sa présence peut fortement aider à concrétiser le projet d’un accouchement physiologique.

Témoignage de Virginie Franqueza-Gagnon, doula « Il m’arrive d’être présente lors de l’accouchement. Dans ces moments-là, mon rôle consiste à la fois à encourager la future maman, lui donner confiance en ses capacités, lui permettre de contacter ses ressources, au moyen de mots doux et bienveillants, en veillant à ce qu’elle se sente en sécurité malgré l’intensité de l’événement. Je fais en sorte de rassurer le ou la partenaire aussi, surtout lorsqu’il s’agit d’un premier enfant. Les salles de naissances sont parfois impressionnantes (avec le matériel médical, les étriers…) et les partenaires peuvent se sentir dépassés, impuissants, voire inutiles. Je les aide alors à déstresser en leur expliquant que la situation est normale, que les douleurs de l’accouchement font partie du processus, et que l’équipe médicale veille sur eux. Je les invite à prendre soin de leur femme, en l’aidant à traverser les contractions. Ils deviennent acteurs du moment. »

L’accompagnement continue-t-il après la naissance ?

Après la naissance, la doula continue d’accompagner les parents selon leurs besoins. Elle reste toujours joignable par téléphone en cas de doutes, de difficultés ou de moments de crise, par exemple, si une maman est en détresse lors de la montée de lait, la doula se rend disponible pour l’aider à gérer la situation, même à 21h le soir. Son rôle sera de conseiller et de soutenir les jeunes parents dans les premiers temps de leur nouvelle vie avec leur bébé.

Témoignage de Virginie Franqueza-Gagnon, doula « Il arrive très souvent que l’on accompagne les parents durant les semaines ou mois qui suivent la naissance du bébé. Toujours à leur domicile, nous les aidons à prendre leurs repères, entre les bouleversements hormonaux de la jeune maman et les rythmes effrénés des tétées ou biberons. Lorsque la mère a choisi d’allaiter nous veillons à ce qu’elle ait à sa disposition les bonnes informations pour mettre en place son allaitement, et il en va de même pour tous les sujets concernant les choix de parentage : cododo ou pas, quelles couches choisir, motricité libre ou pas, plus tard diversification alimentaire… c’est aux parents de décider ce qu’ils estiment être le mieux adapté à leurs enfants et à leurs situations. Mais pour cela, la doula met à leur disposition toutes les informations dont elle dispose, ainsi que les bons réseaux professionnels ou associatifs. C’est toujours du temps gagné, de l’énergie économisée, et du stress épargné pour les jeunes parents. »

L’accompagnement est-il pris en charge ?

En France, l’accompagnement par une doula se situe hors champ médical. Par contre l’accompagnement de la doula s’inscrit dans le cadre du service à la personne et les parents peuvent rémunérer la doula via le système du CESU (Chèque Emploi Service Universel) ou aussi du CESU préfinancé qui permet aux parents de bénéficier d’une déduction d’impôt ou d’un crédit d’impôt. Certaines doulas exercent aussi en statut de micro-entreprise.

Chaque doula applique des tarifs personnalisés qu’elle a elle-même fixés. Pour donner un ordre d’idée, les visites durent souvent 2 heures et se font sur une base de 50 à 80 euros. En cas de présence à l’accouchement il faudra entre 150 et 300 euros en moyenne

Le témoignage de Laurence, jeune maman qui a bénéficié de l’accompagnement d’une doula

Une doula ? C’est quoi une doula ? Ça sert à quoi ? C’est un peu intriguée que je me préparais à recevoir à mon domicile Agnès, ma future doula…

(…) Le contact fut chaleureux et je me sentis immédiatement en confiance. Je déballais un peu tous mes soucis, posais plein de questions, me détendis en percevant à quel point mon interlocutrice était à l’écoute de mon parcours et de mes doutes, de mes angoisses et de mes besoins.

(…) Nous nous sommes vues à plusieurs reprises, toujours chez moi et à un horaire qui me convenait vraiment, ce qui changeait radicalement des traditionnels rendez-vous à la maternité ou chez les spécialistes.

(…) Agnès était là pour moi et le bébé, elle me rassurait en répondant aux questions les plus techniques et les plus intimes et je réalisais à quel point le soutien d’une femme qui a déjà eu des enfants mais ne cherchait pas à m’imposer une façon de voir ou de faire me soulageait et m’aidait à y voir plus clair et à aborder mon accouchement sereinement.

(…) Le temps ne semblait pas compter et cela aussi participa à m’apaiser.

(…) Mais surtout, j’ai vécu l’arrivée de mon bébé d’une façon extraordinaire. (…) Plutôt que de me crisper et de bloquer, je faisais tout pour me décontracter et vivre intensément cette expérience. Je n’ai pas eu comme la première fois l’impression qu’on m’accouchait mais bien que c’était moi qui accouchais et ça c’est une chose que je n’oublierai jamais et qui a tissé un lien particulier avec mon enfant.

(…) Avec une infinie douceur et un réel savoir-faire, elle fut un ange gardien attentionné et bienveillant. Je lui suis reconnaissante pour le respect de mes convictions et la qualité de son écoute.

(…) l’accompagnement à la naissance que propose la doula est une aide formidable que je recommande chaleureusement à toutes les futures mamans.

Posté par Adelicia à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 mai 2018

Endométriose

Superbe documentaire, je vous conseille de le visionner en replay.

Garder espoir, car l'espoir fait vivre. Même si il y a des jours où l'on a l'impression que tous s'écroule.

Adeline

 

EndoFrance

Annonce exclusive de TF1 Lundi soir à 22h55 TF1 propose un documentaire inédit avec Laetitia Milot "Devenir maman : notre combat contre l'endométriose" Rappelons que l'endometriose est une des...

https://www.facebook.com

 
Lundi soir à 22h55
TF1 propose un documentaire inédit avec Laetitia Milot
"Devenir maman : notre combat contre l'endométriose"

Rappelons que l'endometriose est une des premières causes d'infertilité féminine et que les femmes atteintes ont une qualité de vie altérée.

 

Posté par Adelicia à 16:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 avril 2018

Mamans Solo: Projet de fin de formation Doula

Affiche Mamans solo

Dans le cadre de notre formation à l'Institut Doulas de France, qui nous permettra de devenir accompagnante en périnatalité, nous avons un projet à réaliser.
Notre projet concerne les mamans solo.
Pour cela, nous avons un sondage à vous proposer; afin de recueillir vos histoires, vos témoignages, vos ressentis. Il est important pour nous de représenter au mieux les mamans solo.
Nous vous remercions pour votre aide dans ce projet qui nous tient à coeur.

Mamans solo Survey

Veuillez répondre au sondage intitulé " Mamans solo ". Vos réponses sont importantes !

https://fr.surveymonkey.com



Ce projet a pour but de parler, de représenter les mamans solo, il ne peut exister qu'avec vos témoignages, vos histoires.
Il peut être anonyme ou vous pouvez si vous le souhaitez, nous laisser vos coordonnés. Seules les 5 premières questions exigent une réponses, les autres restent libres.

Nous sommes joignables à cette adresse mail: mamans.solo@gmail.com

Pour toutes questions, informations, n'hésitez pas à nous contacter.
Vous pouvez aussi nous retrouver sur cette page Facebook: https://www.facebook.com/groups/mamans.solo/

Emeline et Adeline

---------------------------

Affiches Mamans Solo (format pdf):

Mamans_Solo_affiches

Posté par Adelicia à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Est ce qu'on vit de doula?

Texte d'Autour d'une naissance, que je trouve parfait, qui résonne en moi et pousse à la réflexion personnel de chacun. Je vous le partage donc ici...

Voici son site allez y faire un tour:

Autour d'une naissance

Doula certifiée par l'Institut de formation Doulas de France, je vous accompagne pendant la grossesse, la naissance, et les premiers mois de votre enfant.

http://www.autourdunenaissance.fr/

 

C’est terrible, car c’est la question qui arrive après que tu aies déjà expliqué le positionnement, l’éthique, pourquoi tu ne « suis » pas les femmes, c’est le moment où la personne en face sort de ses a priori et perçoit à quel point c’est précieux, ce que tu fais, et là… La question tombe : « mais… tu en vis ? »

C’est terrible aussi quand ça arrive à la fin d’une discussion passionnée, avec une peut-être future doula, de préférence... Discussion pendant laquelle tu t’es complètement emballée sur la magie du truc, le lien qui se tisse avec les femmes, les parents, les familles, les moments de joie, les larmes, les naissances, les tétées… « et… tu en vis ? »

C’est terrible, parce qu’après ces beaux échanges qui donnent le sourire et l’envie d’accompagner encore et encore, tu ne vas quand même pas être celle qui casse l’ambiance avec un « NON » ??? Tu ne vas quand même pas mentir non plus. Surtout pas à une femme qui envisage d’investir du temps et de l’énergie dans une formation… Doula, authenticité, tout ça.

Alors ??? Est-ce qu’on vit de doula ? Est-ce que, aujourd’hui en France, on peut décemment répondre autre chose que « NON » ?

Si par « vivre de doula », on entend « tirer de ses activités d’accompagnement autour de la naissance » de quoi payer loyer, charges, courses alimentaires et chaussures des enfants… Il y a peu de doulas en France qui « en vivent ». Là je parle des doulas qui ont choisi de respecter la charte de DDF, et dont l’accompagnement n’a pas de dimension thérapeutique (pour celles qui font un autre choix, effectivement, le bilan peut être différent). Il y a peu de doulas qui en vivent parce que la demande est faible, et que ce n’est pas si facile de se faire connaître des futurs parents qui sont déjà assaillis de sollicitations et d’offres diverses et variées (photographes, poussettes en promo, etc). Il y a peu de doulas qui en vivent, mais il y en a quelques unes, ce qui pourrait peut-être nous autoriser à un petit timide « certaines, OUI ! » ?

Si par « vivre de doula », on entend « tirer de ses compétences de doula » de quoi payer loyer, charges, courses alimentaires et chaussures des enfants (non, j’ai pas écrit la même chose qu’au paragraphe précédent, relisez)… Il y a déjà plus de doulas qui y arrivent. Mais de quelles compétences parle-t-elle donc ? Parce que masser les reins d’une femme pendant les contractions, ou boire le thé en hochant la tête, on voit pas trop où ça peut mener…? Pour rappel, la doula est forte pour accueillir les émotions, peut-être qu’elle facilite des tentes rouges ou d’autres cercles de parole qui peuvent lui permettre de se créer un joli réseau. De fil en aiguille, elle peut proposer des ateliers pour les parents, et peut-être en tirer une rémunération. Souvent elle s’intéresse à l’éducation bienveillante, elle peut se faire une place localement et être reconnue dans le milieu de la petite enfance comme appui potentiel pour les jeunes parents (rappelons-nous que la période post-natale est moins la chasse gardée des professionnels de santé que la grossesse et la naissance). Bref, peut-être que la doula va transposer ses compétences dans un autre domaine d’accompagnement, dans une structure, ou de façon indépendante, et qu’elle va « en vivre ». OUI.

Si, par « vivre de doula », on entend « tirer de ses qualités de doula » de quoi payer loyer, charges, courses alimentaires et chaussures des enfants (non, j’ai toujours pas écrit la même chose qu’au paragraphe précédent, relisez)… Là, c’est un projet qui commence à bien bien tenir la route. Vous allez me dire, peut-être, on a les qualités qu’on a, c’est pas une formation, aussi précieuse soit-elle, qui va nous en apporter de nouvelles. Puisque les qualités sont intrinsèques, n’est-ce pas, on a le kit à la naissance, ou pas. Faux. L’empathie, ça se travaille. La congruence aussi. Il y a les qualités qu’on a, les qualités qu’on se reconnaît, les qualités qu’on nous reconnaît. Il y a les qualités qu’on développe. Vous allez dire, peut-être, l’empathie, la congruence, l'écoute, moi personne ne m’a embauchée pour ça. Ah ah, c’est ce que vous croyez. Si vous avez envoyé un androïde à votre place à l'entretien d'embauche, alors, sûrement que vos qualités doulesques non pas joué. Mais si vous vous êtes déplacée personnellement, alors, OUI, on vous a embauchée (aussi) pour ça.

Si, par « vivre de doula », on entend « vibrer avec sa corde doula » à chaque rencontre, à chaque réveil, à chaque sourire… Je crois que là, j'ai rien à vous démontrer... Ça vit et ça vibre tout seul et ça fait OUI, même si le frigo ne se remplit toujours pas (y'a pas que la bouffe dans la vie... ok, y'a les factures aussi... vous êtes tellement matérialistes... bref). Mais au fond, qu'est-ce que c'est que cette expression, « vivre de » ? C'est tellement moche, et puis ça n'a presque pas de sens. Vous vivez de quoi, vous ? D'argent, d'un corps en bonne santé, d'un sourire, de relations humaines, d'une vibration, d'une passion qui vous fait vous lever le matin (ou vous coucher à pas d'heure le soir) ? Je m'égare.

Mon bilan perso ? Je ne remplis pas mon frigo grâce à mon activité de doula. Ou, du moins, pas toutes les semaines. Mais j'ai eu à plusieurs reprises l'occasion de travailler de façon rémunérée avec des structures pour des actions en lien direct avec la doulaterie. Mes compétences de doula m’ont déjà évité de me faire virer (ou « de ne pas être renouvelée », le charme du CDD) d’un travail dans un tout autre domaine. Mes qualités de doula m'ont permis et me permettent encore de m’adapter à différents jobs absolument non-doulesques en apparence (et de gérer pas trop mal). Et bien sûr, ma corde doula vibre à chaque seconde.

Alors, est-ce qu’on « vit de doula » ? Et bien, chacune à sa manière, OUI. Certaines directement, parce qu’elles sont dans une ville porteuse peut-être, et surtout parce qu’elles assurent grave niveau com’, bravo à elles. D’autres moins directement, grâce à leurs compétences doulesques savamment transférés dans des activités connexes. D’autres encore moins directement, grâce à leurs qualités cultivées avec amour auprès des femmes et des couples, et bouturées à la sauvage dans un terrain à conquérir. Et d’autres, au lieu d’en vivre, le vibrent, ou qu’elles soient, quoi qu’elles fassent.

Bien sûr, si vous n’êtes toujours pas convaincues, vous pouvez continuer à casser l’ambiance en répondant NON, c’est ça aussi la liberté (Liberté, j’écris ton NON) (ok, pardon, c’est tard).

Auteur :Autour d'une naissance

Posté par Adelicia à 21:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 février 2018

Doula:

Qu'est ce qu'une doula? A quoi servent-elles? que peuvent-elles faire? et ne pas faire? ...

Des milliers de questions, que beaucoup doivent se poser voici quelques réponses...

"Une doula est une personne soutenante, sans formation médicale ni de sage femme, qui propose un accompagnement émotionnel, affectif, physique et pratique à une femme enceinte, ou à un couple, avant, pendant et après l'accouchement."

La doula ne peut donc en aucun cas remplacer le suivi médicale réalisé par une sage femme, ou un médecin.

27544956_501672686893038_3283331231482469143_n

(suite...)

20 novembre 2017

Reiki: Namasté

Namasté: (nah-mas-tey)

 

Mon âme salue ton âme.

En toi, je salue cet espace où réside l'univers entier.

En toi, je salue la lumière, l'amour, la beauté, la paix parce que ces choses se trouvent aussi en moi.

Parce que nous partageons ces attributs, nous sommes reliés, nous sommes semblables, nous ne sommes qu'un.

 

fc6850f4eda10466f74d98fd7d4546ad

Posté par Adelicia à 20:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Citation de la semaine: 20/11/2017

"Qui garde son âme d'enfant ne vieillit jamais"

Abraham Sutzkever

Posté par Adelicia à 20:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
30 octobre 2017

Citation de la semaine: 30/10/2017

"Votre temps est compté alors ne le gâché pas en vivant la vie de quelqu'un d'autre".

Steve Jobs

Posté par Adelicia à 15:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
16 octobre 2017

Citation de la semaine: 16/10/2017

"Ne prends pas les choses personnellement:

Ce que les gens te disent est le reflet de qui ils sont et non ce que toi tu es"

Don Miguel Ruiz

Posté par Adelicia à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,